Amincissement exceptionnel des glaciers du Mont-Blanc durant l’année glaciologique 2021/2022

Les glaciers reculent et perdent de la masse quasiment partout sur Terre depuis plusieurs décennies, avec un schéma typique de fort amincissement dans leurs parties inférieures et des changements d’altitude limités dans leurs zones d’accumulation. Dans cette nouvelle étude, le traitement des images satellites Pléiades (CNES/ Airbus DS) sur les glaciers du massif du Mont-Blanc a permis aux glaciologues du CNRS-INSU de montrer que l’amincissement a gagné les plus hautes altitudes durant l’année glaciologique 2021/2022. Par exemple, au-dessus de 3000 m d’altitude, sur le glacier d’Argentière et la Mer de Glace, les amincissements ont dépassé 3,5 m en une année, alors qu’il n’y avait pratiquement pas eu de changement au cours des 9 années précédentes.

En dessous de 3000 m d’altitude, les diminutions d’épaisseur observées en 2022 s’expliquent essentiellement par une fonte estivale excédentaire, conséquence des canicules de l’été. À plus haute altitude et jusqu’au sommet du Mont-Blanc (4800 m), la fonte n’est pas suffisante pour expliquer ces fortes variations, et d’autres processus tels que la densification accrue du névé pourraient contribuer à l’amincissement. Leur analyse montre que les glaces alpines de très haute altitude, stables au cours des 100 dernières années, subissent maintenant l’impact du changement climatique.

Retrouvez cette actu sur le du CNRS / INSU.

Référence : Berthier, E., Vincent, C., and Six, D.: Exceptional thinning through the entire altitudinal range of Mont-Blanc glaciers during the 2021/22 mass balance year, Journal of Glaciology, 2023.

Contacts :
Etienne Berthier : etienne.berthierNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERuniv-tlse3.fr

Plus d'actualités

Prévisions saisonnières du trait de côte mondial : que peut-on attendre d’El Niño pour l’hiver 2023/24?

Le Pacifique tropical centre-est est actuellement nettement plus chaud que la normale, et la probabilité qu’un El Niño fort s’établisse en janvier-février est de 75 à 85 %, selon le […]

L’évapotranspiration des zones humides, moteur du climat local sud-américain

Des scientifiques de l’IRD, de l’Institut pour le développement durable Mamirauá à Tefé et de l’Institut de recherche hydraulique de Porto Alegre, au Brésil, sont parvenus à évaluer l’évapotranspiration sur […]

L’impressionnant stock d’eau du Congo enfin évalué

En combinant observations in situ et données spatiales, les spécialistes de l’IRD et leurs partenaires allemands et congolais sont parvenus à déterminer le stock d’eau drainable du bassin du fleuve […]

Rechercher