ANTARCTIQUE : L’OCEAN SE REFROIDIT EN SURFACE MAIS SE RECHAUFFE EN PROFONDEUR

JANV 2021 – Une équipe internationale, pilotée par des chercheurs du LEGOS, montre que le léger refroidissement observé en surface près du continent Antarctique cache un réchauffement rapide et marqué des eaux en profondeur, jusqu’à 800 mètres sous la surface.

Les chercheurs du LEGOS, de Sorbonne Université et leurs collègues australiens, avec le soutien de l’IPEV (Institut Polaire), livrent une analyse complète de l’évolution des températures de l’océan Austral au cours de ces 25 dernières années, dans la secteur de la Terre Adélie en Antarctique d’Est.

©Sebastien Chastanet/OMP/IPEV

L’étude pointe du doigt d’importants changements des eaux profondes sur le pourtour de la calotte polaire : les températures augmentent de 0,04°C par décennie, ce qui pourrait avoir de graves conséquences sur les glaces de l’Antarctique. Les eaux chaudes profondes remontent en outre rapidement vers la surface : à raison de 39 mètres par décennie, soit entre trois et dix fois plus que les estimations antérieures. Ces résultats ont été obtenus grâce à des données uniques, acquises sans relâche depuis 25 ans à bord du brise-glace français L’Astrolabe. Il s’agit de la plus longue série de profils des températures relevés plusieurs fois par an à travers l’océan Austral, du nord au sud.


Référence : Southern Ocean in-situ temperature trends over 25 years emerge from interannual variability. Auger, M., Morrow, R., Kestenare, E., Sallée, J.B. et Cowley, R. Nature Communications, le 21 janvier 2021. DOI : 10.1038/s41467-020-20781-1

Contact : Rosemary Morrow – rosemary.morrowNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERlegos.obs-mip.fr

Plus d'actualités

Prévisions saisonnières du trait de côte mondial : que peut-on attendre d’El Niño pour l’hiver 2023/24?

Le Pacifique tropical centre-est est actuellement nettement plus chaud que la normale, et la probabilité qu’un El Niño fort s’établisse en janvier-février est de 75 à 85 %, selon le […]

L’évapotranspiration des zones humides, moteur du climat local sud-américain

Des scientifiques de l’IRD, de l’Institut pour le développement durable Mamirauá à Tefé et de l’Institut de recherche hydraulique de Porto Alegre, au Brésil, sont parvenus à évaluer l’évapotranspiration sur […]

Amincissement exceptionnel des glaciers du Mont-Blanc durant l’année glaciologique 2021/2022

Les glaciers reculent et perdent de la masse quasiment partout sur Terre depuis plusieurs décennies, avec un schéma typique de fort amincissement dans leurs parties inférieures et des changements d’altitude […]

Rechercher