L’observatoire de salinité met les voiles !

Depuis quelques années, le Service National d’Observation de Salinité de Surface (SNO SSS – Sea Surface Salinity) piloté par le LEGOS diversifie ses plate-formes de mesure. Ce réseau, initié il y a plus de 50 ans par l’IRD, repose sur des thermosalinographes (capteurs de mesure de la température et de la salinité) installés par l’unité d’appui et de recherche IMAGO sur des navires d’opportunité, pour la plupart des porte-containers parcourant l’océan global. L’Astrolabe, navire ravitailleur de la base antarctique française de Dumont d’Urville, instrumenté dans le cadre du projet SURVOSTRAL, a longtemps fait figure d’exception. En 2020, les navires de la flotte océanographique française ont rejoint l’observatoire, qui représente alors plus de la moitié des mesures continues de température et salinité au niveau mondial, coordonnées par le projet GOSUD. En 2021, le navire de croisière polaire Commandant Charcot de la compagnie Ponant, unique brise-glace français, a étendu les mesures vers les pôles.

Nouveau navire à propulsion mixte Canopée

En 2023, un nouveau navire a rejoint l’observatoire SSS : le Canopée, spécialement construit par la société JIFMAR pour le transport des éléments de la fusée Ariane 6 de l’Europe vers la Guyane. Il succède ainsi au Toucan et au Colibri, transporteurs d’Ariane 5, membres du réseau depuis plus de 20 ans. Le Canopée, baptisé la semaine dernière à Bordeaux, a la particularité d’être le premier cargo commercial à voiles. Cette propulsion vélique par quatre « ailes » s’ajoute à une propulsion thermique classique pour diminuer d’environ 30 % la consommation de carburant, et donc l’empreinte carbone. Le voilier Persévérance, spécialement construit pour l’expédition Polar POD, devrait aussi très bientôt rejoindre le réseau de mesures du SNO SSS. D’autres projets de cargos à propulsion vélique intégrale sont en cours et ont été approchés en vue d’une possible instrumentation. L’observatoire de salinité met les voiles !

La salinité de surface est la signature du cycle de l’eau à l’interface océan-atmosphère et son évolution ainsi mesurée sur les dernières décennies a permis de mettre en évidence l’intensification de ce cycle avec le réchauffement climatique. Les mesures issues du SNO SSS sont aussi indispensables pour la validation des mesures de salinité par satellite, réalisées depuis 2010 par SMOS, en particulier près des côtes et à méso-échelle. Elles sont aussi utilisées pour des études de processus régionales combinant données in situ, satellite et modèle, notamment au LEGOS dans l’Atlantique tropical, où de forts apports d’eau douce liés aux pluies de mousson et aux grands fleuves (Amazone, Congo, Niger) entraînent des contrastes de salinité et une stratification qui influence la dynamique océanique.

Données collectées par le SNO SSS en 2023. Chaque couleur représente un navire.

Contacts : gael.aloryNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERuniv-tlse3.fr

Plus d'actualités

Les thèses de Simon Barbot et Romain Hugonnet récompensées

Simon Barbot et Romain Hugonnet ont tous les deux réalisé leurs thèses au LEGOS. La thèse de Simon portait sur la modélisation réaliste de la marée interne : sa signature […]

Le LEGOS co-organise la 1ère édition de la Conférence Internationale sur les « Vulnérabilités, Surveillances et Aménagements Côtiers (VUSAC) » et la 3ème édition de l’Atelier « West and central African Coastal Areas – mapping Vulnerability, Adaptability and Resilience in a changing climate (WACA-VAR) » en décembre 2023 au Cameroun

Afin de cartographier la vulnérabilité des zones côtières en Afrique Centrale et de l’Ouest et de vulgariser les résultats de la recherche sur la gestion, l’aménagement et le développement de […]

Campagne SURVOSTRAL-SWOT : Entre Hobart et Dumont D’Urville, Décembre 2023

Chaque année, la campagne SURVOSTRAL réalise des mesures de salinité de surface et de température de l’océan de 0 à 800 m de profondeur entre Hobart et Dumont D’Urville. Les […]

Rechercher