LES VARIATIONS DU COURANT NORD (MEDITERRANEE NORD-OCCIDENTALE) OBSERVEES PAR ALTIMETRIE SPATIALE

MARS 2019 – L’altimétrie spatiale mesure les variations du niveau de la mer et permet d’estimer les courants océaniques de surface au large de manière synoptique, continue et quasi-globale. Grâce aux efforts réalisés par la communauté scientifique et les agences spatiales pour améliorer la disponibilité et qualité des mesures altimétriques près des côtes, une nouvelle étude, publiée dans Ocean Science, montre qu’il est aujourd’hui possible d’utiliser ces mesures pour décrire la circulation océanique et sa variabilité dans le domaine côtier.

L’altimétrie spatiale a permis d’avancer considérablement dans la connaissance de la dynamique océanique au large. Un enjeu primordial maintenant est de l’intégrer aux moyens d’observation de l’océan côtier et démontrer les applications possibles, tant sur le point scientifique que pour la surveillance de cet environnement soumis à des stress importants.

Courants océaniques déduits des mesures in situ et de l’altimétrie spatiale

Ce travail se focalise sur le Courant Nord de la Méditerranée Nord-Occidentale, un courant côtier, étroit (~30-50 km de large), très variable dans l’espace et le temps et qui longe les côtes italiennes, françaises et espagnoles. La méthode utilisée repose sur l’inter-comparaison systématique des mesures altimétriques à la grande quantité d’observations d’ADCP (Acoustic Doppler Current Profiler, permet de mesurer les courants dans la colonne d’eau) de coque, de gliders et de radars HF du réseau d’observation pérenne MOOSE (Mediterranean Ocean Observing System for the Environment). Chaque instrument a sa résolution propre et ne mesure pas exactement « le même courant » mais une fois les différences comprises et quantifiées, il devient possible de combiner leurs informations complémentaires sur la circulation côtière, sur une longue période et sur toute une région. Ainsi, l’altimétrie spatiale, malgré une résolution spatiale plus faible que les autres types de mesures étudiées, permet d’obtenir une vision intégrée des pièces du puzzle fournies par les données in situ sur différentes zones et dates. Elle met en évidence la continuité de la circulation côtière dans cette région, et révèle des branches de recirculation du Courant Nord non détectées dans les autres observations.

Le Courant Nord est clairement observé par tous les instruments avec la même amplitude moyenne. Sa variabilité est aussi échantillonnée mais avec une amplitude différente pour chaque instrument. Malgré sa résolution spatiale faible (6-7 km), l’altimétrie « voit » ~60% et ~55% des variations du Courant Nord, en comparaison de celles mesurées par les gliders et les mesures ADCPs, respectivement. Cette étude montre également qu’avec les nouvelles générations d’altimètre (SARAL/AltiKa) et les mesures altimétriques à plus haute fréquence (20-40Hz), encore sous-exploitées en océanographie, on obtient des estimations du courant côtier généralement encore plus proches de celles des autres instruments de MOOSE.

Référence : Carret, A., Birol F., Estournel C., Zakardjian B., Testor P.: Synergy between in situ and altimetry data to observe and study Northern Current variations (NW Mediterranean Sea), Ocean Sci., 15, 269-290, https://doi.org/10.5194/os-15-269-2019, 2019

Contact : Alice Carret – Alice.CarretNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERlegos.obs-mip.fr

Plus d'actualités

Prévisions saisonnières du trait de côte mondial : que peut-on attendre d’El Niño pour l’hiver 2023/24?

Le Pacifique tropical centre-est est actuellement nettement plus chaud que la normale, et la probabilité qu’un El Niño fort s’établisse en janvier-février est de 75 à 85 %, selon le […]

L’évapotranspiration des zones humides, moteur du climat local sud-américain

Des scientifiques de l’IRD, de l’Institut pour le développement durable Mamirauá à Tefé et de l’Institut de recherche hydraulique de Porto Alegre, au Brésil, sont parvenus à évaluer l’évapotranspiration sur […]

Amincissement exceptionnel des glaciers du Mont-Blanc durant l’année glaciologique 2021/2022

Les glaciers reculent et perdent de la masse quasiment partout sur Terre depuis plusieurs décennies, avec un schéma typique de fort amincissement dans leurs parties inférieures et des changements d’altitude […]

Rechercher