Prévisions saisonnières du trait de côte mondial : que peut-on attendre d’El Niño pour l’hiver 2023/24?

Le Pacifique tropical centre-est est actuellement nettement plus chaud que la normale, et la probabilité qu’un El Niño fort s’établisse en janvier-février est de 75 à 85 %, selon le Centre de prévision climatique du Service météorologique américain. Des perturbations dans les services écosystémiques et une vulnérabilité accrue, en particulier dans les zones côtières, sont attendues dans de nombreuses régions du monde. Dans un commentaire publié dans npj Climate and Atmospheric Science, des chercheurs (notamment du LEGOS) passent en revue les dernières prévisions saisonnières d’El Niño et présentent le potentiel de prévision de la position du trait de côte (et des patterns d’érosion/accrétion associés) du monde entier sur la base d’une modélisation statistique ancrée dans les théories d’El Niño les plus récentes.

L’oscillation australe El Niño (ENSO) est l’un des phénomènes climatiques les plus importants sur Terre, avec des répercussions considérables sur les régimes climatiques, l’agriculture, les écosystèmes et les systèmes socio-économiques. La prévision précise des événements ENSO est essentielle pour que les gouvernements, les industries et les communautés puissent se préparer et répondre efficacement aux risques et aux opportunités qu’ils présentent.

En utilisant les prévisions saisonnières des modèles provenant de centres opérationnels des États-Unis et du Canada (North American Multi-Model Ensemble, NMME), les chercheurs observent des anomalies de températures de surface de la mer bien supérieures au seuil El Niño à la fois dans l’est et l’ouest du Pacifique pour l’hiver 2023/24. L’événement à venir devrait donc être un mélange entre les deux types d’évènements El Niño (est et centre du Pacifique), comparable à l’événement de 2015-16, bien qu’avec une empreinte plus faible dans la partie orientale du bassin.

Prévisions moyennes d’ensemble des anomalies (en m) dans les positions du littoral (moyenne novembre 2023 – janvier 2004) pour un ensemble de prévisions construites avec les valeurs mensuelles des indices ENSO provenant des prévisions de l’ensemble multimodèle NMME et 1000 valeurs mensuelles différentes de chaque indice climatique (dipôle de l’océan Indien, mode annulaire austral et oscillation de l’Atlantique Nord) couvrant leurs variations historiques. Les points verts indiquent les prévisions qui sont significatives par rapport à l’amplitude saisonnière (prévisions supérieures ou inférieures à la moitié de la variation saisonnière).

En se basant sur un modèle conceptuel de la position du trait de côte (https://www.ird.fr/impact-del-nino-sur-la-variabilite-de-la-position-du-trait-de-cote-mondial) qui utilise comme prédicteurs différents indices ENSO et d’autres indices représentatifs des modes de variabilité climatique dans d’autres bassins océaniques, et leurs prévisions respectives par le NMME, ils ont simulé les anomalies de la position du trait de côte (avance/retrait) pour l’hiver 2023/24. Leurs projections indiquent un recul important du trait de côte dans le Pacifique oriental et une avancée relative dans le bassin indo-pacifique (y compris l’Australie). Comme le déplacement vers l’équateur de la trajectoire des tempêtes du Pacifique Nord s’étend à travers les États-Unis dans l’Atlantique, l’augmentation de l’activité des vagues et les anomalies positives de niveau de la mer qui en découlent tendent à favoriser le recul du trait de côte le long des côtes du sud de l’Europe, tandis que la Scandinavie et la côte est des États-Unis sont caractérisées par une avancée du trait de côte. Les côtes bordant l’Atlantique Sud sont généralement caractérisées par une avancée du trait de côte.

Référence : Boucharel J., R. Almar, and B. Dewitte, Seasonal forecasts of the world’s coastal waterline: what to expect from the coming El Niño?  doi: 10.1038/s41612-024-00570-z. npj Climate and Atmospheric Science (2024).

Contact : Julien Boucharel : julien.boucharelNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERird.fr

Plus d'actualités

L’évapotranspiration des zones humides, moteur du climat local sud-américain

Des scientifiques de l’IRD, de l’Institut pour le développement durable Mamirauá à Tefé et de l’Institut de recherche hydraulique de Porto Alegre, au Brésil, sont parvenus à évaluer l’évapotranspiration sur […]

Amincissement exceptionnel des glaciers du Mont-Blanc durant l’année glaciologique 2021/2022

Les glaciers reculent et perdent de la masse quasiment partout sur Terre depuis plusieurs décennies, avec un schéma typique de fort amincissement dans leurs parties inférieures et des changements d’altitude […]

L’impressionnant stock d’eau du Congo enfin évalué

En combinant observations in situ et données spatiales, les spécialistes de l’IRD et leurs partenaires allemands et congolais sont parvenus à déterminer le stock d’eau drainable du bassin du fleuve […]

Rechercher