Un modèle pour prédire la vulnérabilité future des espèces marines du Pacifique sud oriental

Le réchauffement climatique augmente la température des océans, qui voient leur concentration d’oxygène diminuer. Conséquence directe : les espèces marines subissent un stress physiologique, quantifiable grâce à un indice métabolique. Une étude parue dans Frontiers in marine science, dirigée par Alexandra Parouffe, doctorante au LEGOS (Université Toulouse III), propose un nouveau modèle permettant d’estimer les zones océaniques à risque pour les espèces présentes dans le Pacifique sud-est d’ici 2100.

Vitesses climatiques, gradient spatial de l’index métabolique Φ, à 200 m, sur la période 2006-2100. En bleu, les isocontours de l’oxygène (en mmol.m-3) délimitant la ZMO et les eaux oxygénées. Les étoiles représentent Juan Fernandez (JFA), l’Archipel de Desventuradas (DA) et l’Ile de Paques (EI) situés sur des chaines de monts sous-marins.

Retrouvez l’actu complète sur le site web de l’Université Toulouse III.

Référence : Parouffe A, Garçon V, Dewitte B, Paulmier A, Montes I, Parada C, Mecho A and Veliz D (2023). Evaluating future climate change exposure of marine habitat in the South East Pacific based on metabolic constraints. doi: 10.3389/fmars.2022.1055875. Front. Mar. Sci. 9:1055875.

Contact : Alexandra ParouffeNO SPAM -- FILTER@NO SPAM -- FILTERlegos.obs-mip.fr.fr

Plus d'actualités

Prévisions saisonnières du trait de côte mondial : que peut-on attendre d’El Niño pour l’hiver 2023/24?

Le Pacifique tropical centre-est est actuellement nettement plus chaud que la normale, et la probabilité qu’un El Niño fort s’établisse en janvier-février est de 75 à 85 %, selon le […]

L’évapotranspiration des zones humides, moteur du climat local sud-américain

Des scientifiques de l’IRD, de l’Institut pour le développement durable Mamirauá à Tefé et de l’Institut de recherche hydraulique de Porto Alegre, au Brésil, sont parvenus à évaluer l’évapotranspiration sur […]

Amincissement exceptionnel des glaciers du Mont-Blanc durant l’année glaciologique 2021/2022

Les glaciers reculent et perdent de la masse quasiment partout sur Terre depuis plusieurs décennies, avec un schéma typique de fort amincissement dans leurs parties inférieures et des changements d’altitude […]

Rechercher